Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 17:42

C’est ce que m’a déclaré récemment un responsable de l’Alyah des juifs de France pour expliquer la stagnation dans le nombre de nouveaux immigrants de l’Hexagone ces dernières années.

Le directeur général de l’Agence juive, Elie Cohen a affirmé de son coté que le chiffre total des Olim de France était en hausse de 2% par rapport à l’année dernière, soit 30 personnes de plus qu’en 2008…

1.909 juifs de France se sont installés en Israël en 2009, quarante ans après l’année record de l’Alyah de France quand en 1969, plus de 5.200 personnes avaient fait leur Alyah.

L’université de Bar Ilan a accueilli cette semaine un colloque consacré aux 40 ans de l’Alyah de France, avec une série d’interventions d’Olim  prestigieux, notamment le Rav Dr  Eliahou Zini du Technion, le Pr Benno Gross et le Pr Azaria Rein, tous les trois arrivés il y a 40 ans.

Les raisons pour lesquelles le chiffre de l’Alyah de France devrait être en hausse sont nombreuses : l’antisémitisme, la montée de l’islamisme, les campagnes anti-israéliennes suite à l’Opération Plomb durci,  la crise économique, le retour aux sources d’une partie de la communauté, une période de calme sécuritaire en Israël, alors comment expliquer que moins de 2.000 juifs de France par an font le choix de l’Alyah ?

Le rapport ambigu qu’Israël entretient avec la Diaspora est mis à l’épreuve par ces chiffres qui montrent clairement que la communauté juive de France se renforce et ne sent plus le besoin de partir en Israël pour affirmer son identité juive.

Des dizaines de milliers de juifs français passent leurs vacances en Israël malgré les prix élevés du séjour touristique en Terre sainte, des milliers de maisons ont été vendues à des français, les juifs de France aiment Israël mais ne veulent plus s’y installer.

Pour le sociologue Erick Cohen, spécialiste de cette communauté, il existe encore un réservoir de 20 à 40.000 juifs qui feront leur Alyah dans les prochaines années, mais pour d’autres connaisseurs de la question que j’ai interrogé, le réservoir en question est tout simplement vide…

Finalement, mon interlocuteur a peut-être raison, il fait bon être juif en France en ce moment, mais doit-on le déplorer ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Benjamin 07/01/2010 10:43


Cher Michael,

Je vois cet article un peu en retard.

Je pense tout d'abord que 2000 personnes par an, sur une population de moins de 500,000 Juifs, c'est beaucoup.
Ensuite, le chiffre reel est plus eleve puisque de plus en plus de gens, surtout des retraites, viennent s'installer en Israel tout ou partie de l'annee sans faire leur alyah. Effectivement, dans
certains cas dont les retraites, il n'y a pas grand interet a devenir Israelien voire meme au contraire.
Il ne faut pas non plus oublier l'emigration constante des Juifs de France vers d'autres pays qu'Israel comme les USA ou l'Angleterre. Il y a a New York, Londres (ou pourtant il y a beaucoup plus
d'antisemitisme qu'en France), Miami et d'autres des communautes de milliers de Juifs de France.

C'est vrai que l'alyah pourrait etre plus forte. Et la la responsabilite en incombe a Israel. Les services de l'agence juive sont incompetents, ce n'est pas une nouveaute. La klita n'est pas
meilleure - les olim occidentaux sont les grands oublies et les grands incompris du systeme qui ne s'interesse qu'aux Russes et aux Ethiopiens.

Si on veut 5000 Olim par an c'est la qu'il faudra changer les choses.


David Brahami 06/01/2010 11:20


Salut Joel et puis tout le monde,

Je n'ai vraiment pas le temps de te repondre, mais je me promets de le faire un jour et de vive voix si possible, j'attends ta venue en israel, et je t'invite deja a passez me voir ou se rencontrer
pour discuter de tout cela et d'autre choses encore.
Et puis je crois que nous avons a peu pres survole toute la question...
je te remercie pour ta franchise et pour cette interessante conversation, et je remercie aussi l'hote, Michael, qui a reussi un tour de force, en nous faisons tous sortir un peu de nos gonds,

A la prochaine, et le Blum trouve nous un autre bon sujet...

All the best

David Brahami


Joel K 04/01/2010 00:34


Cher David,


Mes maîtres (rabbins ou pas) m'ont appris que la torah employait chaque mot de façon précise et exact. Ceci me pousse a toujours chercher la phrase ou le mot juste, et à ne pas forcément parler
simplement. Ils m'ont aussi appris a débattre sans préjuger des intentions des autres. C'est dans cet esprit que j'ai écrit l'ensemble de mes interventions.

Je ne vois pas ce qu'il y a de mal à traiter ton rabbin de sioniste s'il l'est. Je n'ai jamais prétendu que sioniste était un gros mot, ni que c'était mal. J'ai juste dit que je ne l'étais pas, et
j'ai dis ailleurs à plusieurs reprises que je n'étais pas anti-sioniste. Je n'ai aucun mépris, ni haine, ni dédain à l'égard de "l'entité sioniste" ni a l'égard "du sioniste en particulier". J'ai
juste de la méfiance envers les idéologies et les croyances (y compris les miennes). Je crois (oui j'ai bien écris je crois) que les idéologies et croyances sont plus souvent sources de maux que de
bien, mais qu'elles sont aussi source de bien. Je crois qu'elles sont utiles mais dangereuses. J'essaie donc de me battre, non contre elles, mais contre l'aveuglement qu'elles provoquent souvent et
les catastrophes qu'elles provoquent parfois.

Quant à la jalousie, là je te l'accorde. Pas de votre idéalisme, mais de pouvoir vivre là ou je préférerais vivre moi même et ou j'ai choisi délibérément de ne pas vivre pour ne pas risquer de
détruire d'autres choses qui me semblent plus importantes.

Comme tu le dis, je pense effectivement que tu ne m'as pas entièrement compris jusqu'à présent. Mais pas les mots, non. Le sens. Comme je l'ai évoqué brièvement en commentaire sur le blog de "zanz"
(tel qu'il se nomme lui même ici, cf. commentaire n° 3), je pense que toi même et d'autres sionistes (aucun mépris donc) êtes si souvent attaqués sur vos convictions, que vous finissez parfois par
voir n'importe quelle critique comme une attaque, ou à ne plus parvenir à admettre qu'on puisse être en désaccord avec vous.

Lorsque tu parles d'égoïsme de ne pas partager "l'histoire qui se joue en Israël", je supposes que tu te rends compte que ton argument ne peut toucher que quelqu'un qui est déjà sioniste convaincu
(et encore peut être pas tous). Il faudrait déjà que j'admette que le destin du peuple juif ne peut, aujourd'hui, se jouer qu'en Israël pour pouvoir admettre ton accusation d'égoïsme. De mon point
de vue, je serais bien plus égoïste si je forçais ma femme à vivre là ou elle ne le souhaite pas, et si j'imposais à mes enfants de laisser leurs amis et famille derrière eux et de risquer leur vie
pour une politique que je trouve brutale et avec laquelle je suis en désaccord (partiel). Et tout cela au risque de ne pas pouvoir leur offrir mieux en Israël qu'en France.

En outre, je n'ai jamais prétendu que tu ne pensais pas au bien être des tiens. Tant mieux pour toi si tu peux lier tes idéaux et ta famille. Tant mieux pour toi si tu y trouves ton bien être. J'ai
juste dit que si tu étais obligé de choisir entre les deux tu serais fou de ne pas choisir ta famille. Ca n'était qu'une image forte pour rappeler ce que je crois, moi, être essentiel: il y a plus
important que les idéaux, que le sionisme, voir même peut être (argh blasphème) que la torah au sens restreint (qui met elle même la vie avant presque tout le reste...).

Tu déplores que je mettes en avant la réalité personnelle, que je laisse de coté la dimension de peuple sur sa terre. Sans être ni moraliste, ni mondialiste, je crois que l'attachement à la terre
est néfaste quand il devient exclusif, et je crois que toutes les idées, toutes les valeurs, passent d'une manière ou d'une autre par la satisfaction personnelle: je ne crois ni au désintéressement
total, ni au pure altruisme.

Sur ton explication biblique: arrêtes avec tes discours à la noix, on croirait entendre le chalia'h de la so'hnout en pleine action. Bon d'accord, plus sérieusement, j'entend bien l'argument. C'est
un argument de coeur et je dois admettre qu'il me touche encore un peu. Mais en même temps, autant il est parlant pour le passé du peuple juif, autant il ne me dit, finalement, pas grand chose sur
son présent. Je conçoit qu'on puisse interpréter l'Israël moderne comme la "t'halta degueoulah", mais on peut aussi ne pas. Dieu n'a jamais promis qu'il n'y aurait pas un exil de plus, et aucun
rabbin ne peut affirmer avec certitude qu'aucun autre temple ne sera détruit. Certains affirment même que seul un temple construit par dieu lui même peut ne pas être détruit. Ca a beau être un
argument h'aredi, il touche aussi pas mal de religieux sionistes qui craignent de tenter la construction du troisième temple en partie à cause de cela. Je te rappelle tout de même que selon la
torah la terre d'Israël est vivante et est toujours capable de "vomir" le peuple juif s'il ne se tient pas comme il faut. Personnellement, je n'oserais pas affirmer que le peuple juif est
aujourd'hui prêt à recevoir le machia'h, ni même qu'il est dans une démarche qui le permette. Trop d'éléments me rappellent, malheureusement, l'ambiance qu'on peut retrouver dans les textes juifs
religieux (michnah/guemarah) ou non (Flavius Josèphe) lors de la destruction du second temple. J'y ai cru, j'aimerais y croire, mais je n'y parvient pas.

Concernant ton optimisme et ce que tu crois être mon pessimisme et mon manque de spiritualité. Je pense que tu te trompes encore une fois sur mon compte. Je suis un optimiste dans le fond, un
pragmatique dans la pratique: je crois au bien, je choisis une voie qui, à mon sens, le permet (quand je le peut), mais j'évite de jouer ma vie sur un seul espoir. Ma spiritualité me pousse, mais
c'est mon pragmatisme qui me fait avancer. Si tu n'as pas vu ma spiritualité s'exprimer jusqu'à présent, c'est sans doute parce qu'elle est discrète, et qu'elle n'avait pas eu l'occasion de
transparaître jusque là dans une discussion finalement assez revendicative.

Pour finir, il me reste un problème avec ton discours et celui d'un partie des sionistes qui sont intervenus dans le débat. Tu dit que, finalement, tu te fiches que je vive en Israël ou ailleurs.
Pourtant tu trouves dommage que je n'y vive pas. Presque chaque fois que je parles avec des sionistes, ils commencent par essayer de me convaincre avec des slogans, puis des arguments religieux,
puis de parler à mon coeur, pour me faire venir en Israël. Puis lorsqu'ils comprennent un peu mieux ma position me disent que finalement ça n'est pas bien grave, ou qu'en fait ils s'en fichent. Tu
as toi même un peu fait cela il me semble. Il y a quelque chose qui me dérange dans ce comportement, et je dois dire que je ne sait pas sur le dos de quoi le mettre. J'ai parfois tendance à croire
que c'est de l'aveuglement ou de la mauvaise foie. Parfois j'ai l'impression qu'on me considère comme un simple pion dans un plan. Mais finalement je me refuse à admettre cela, et je retourne dans
mon doute. Peut être, toi, seras-tu capable de m'expliquer comment tu perçois cela?


Amicalement,
Joel K.


henri meyer 04/01/2010 00:02


pour parler d'un point de vue religieux, le galout n'est pas un endroit mais une periode et un etat de fait. en israel,actuellement , nous sommes aussi en galout et la quedoucha "saintetée" d'erets
israel y reside uniquement par decret rabbinique (derabanane)donc soyons prudent quand aux grandes envollées lyriques de la pluparts des gens et parfois rabbanim dont israel et la alya sont le fond
de commerce ou une justification de leur desarroi interieur..
aujourd'hui Israel existe, c'est un etat, une metsiout, le fait de pouvoir y vivre peut nous raprocher de notre histoire, de notre façon de vivre notre judaisme, de nos aspirations nos utopies ou
servir de tremplin à notre recherche spirituelle, mais à quel prix ??
la question est violente, mais realiste, le jeux en vaut il la peine ? ne risque t-on pas de detruire part là meme certains fondements de notres judaicitée et meme de notre fondamentalitée humaine
? la question se pose et à chacun d' y repondre et de trancher pour soit, mais je vous en prie ne tranchez pas pour moi!! aie!!:))

salut à tous, y me plait bien ton blog, reb M. Blum ,merci joko et salut elisha!


David Brahami 31/12/2009 13:59


Mon Rabbin me dit toujours: Il faut dire les choses simplement.Les choses dites simplement ont plus de force et d'impact.

Mon cher Joel, je ne vais pas te dire qui est mon Rabbin, tu risques de le traiter de..."sioniste"!
J'ai remarque dans tes propos(que ce soit sur FB ou ici) un certain ressentiment a l'egard de l'entite sioniste ou du sioniste en particulier, a la limite de la haine je dirai, non pardon, c'est un
gros mot, alors disons, du dedain(vrai aussi a propos des dires de monsieur Magnichever, dont je connais bien la famille d'ailleurs, son pere et ses grandes soeurs, de Merkaz Hatorah!)

Tu sais quoi? j'ai meme decele un soupcon de jalousie...

Mais tu va dire que je ne comprends pas tes paroles, inculte que je suis, et que je te prete des propos ou des intentions que tu n'as jamais eues!

Pourtant, le fait est la, et beaucoup l'ont souligne avec moi, ta satisfaction de vivre pleinement ton judaisme, ta vie, en France, ou ailleurs, sans partager l'histoire qui se joue en Israel,
serai plutot de l'egoisme.

"Je pense a moi, a ma famille, mes enfants, mon bien etre, et je ne fais pas passer mes ideaux avant. Je n'envoie pas mes enfants se faire tuer a l'armee, l'important pour moi, c'est mon bien etre
et celui des miens, les ideaux, oui, mais ce ne sont pas le coeur de la vie d'un homme, un homme peut se passer d'ideaux, pas des autres..."

Comme si moi, le sioniste primaire, je ne pensais pas au bien etre des miens, fou que je suis, de faire passer ces memes ideaux avant les fondements meme de la vie!

Seulement voila, moi j'ai decide de mettre les 2 en avant et pas l'un avant l'autre.

Pour moi la relation, Terre(Israel) - Peuple(famille, amis..) et Torah, sont indissociables!

Je ne t'ai jamais dit, ni ne le ferai jamais, de faire comme moi.
Si tu veux vivre en France ou au Perou, c'est ton probleme(tu vois je ne fais pas de discours sioniste classique!), chacun sa vie, et soit heureux ou que tu sois.

Je deplore seulement le fait que dans tes propos, il n'y ai fait aucun cas de la dimension(la cinquieme!) autre que la realite personnelle.

Je parle de la dimension en tant que peuple, sur sa terre.

Et j'en arrive a parler des choses simples:
(parceque toute cette discussion, finalement n'a aucun interet, si chacun fait ce qu'il veut et Dieu pour tous!)

A ce que je sache, quand Moche Rabenou, fait sortir les Hebreux d'egypte, je ne me souviens pas, qu'il les emmene a Argenton ou Lyon, mais tout le but du Livre de Chemot et meme de Berechit, et
finalement de tous les 5 livres de la thora, c'est l'entree du peuple d'Israel, en Eretz Israel(et je ne rentrerai pas dans la polemique "Eretz Israel oui/Medinat Israel non! voir Mr Magnichever
sur le sujet!)
J'oublie le livre de Yeoshua, un livre entier tu te rends compte, sur la prise du pays et le partage du meme pays.

Ca parait simple non?

Mais tu va me dire: arretes avec tes discours a la noix, on croirait entendre, le Chaliah de la Sochnut en pleine action!

Mais ceci est la simple verite, que tu le veuilles ou non, que tu l'acceptes ou non.
Tu peux te sentir a l'aise a Paris, Charenton ou Perpignan, la dimension de peuple juif en tant que peuple ne se fera q'en Israel et pas ailleurs, et si tu veux vivre sans cela, c'est bien,
personne, en tout cas pas moi, ne te blamera, mais je crois, tu me pardonnera meme si j'y crois dur comme fer, que tu rateras le train de l'histoire.

Alors pourquoi abandonner une vie satisfaisante?
Pourquoi se risquer a tout reconstruire?
Quoi juste pour aller vivre en Israel?
La vie n'est-elle pas deja assez dure comme cela pour risquer de tout foutre en l'air?

Que de pessimisme dans tes paroles!
Que cette phrase, la derniere, m'est insuportable!

Etant tres optimiste comme garcon, je n'arrive tout simplement pas a comprendre cela!

En fait si, c'est le fait de vivre en Galout je pense, comme le dit le Talmud : Avira de Eretz Israel mahkim!, l'air d'Israel te rends plus sage(je ne dis pas que tu es un ane bate!) mais il est
sur que vivre en Israel demande un renouveau total du mode de pensee, comme on dit ici, la Torah deviens la Torah d'Erezt Israel, completement differente de la Torah de la Galout...

Je ne pense pas t'avoir convaincu(au vu de tes posts dans ce bog), mais la n'est pas mon intention, comme je l'ai deja dit, je voulais juste dire les choses simplement..

Et pour finir voici un temoignage(que tu trouveras en entier sur le site Aish.co.il) d'une famille juive americaine qui decide de tout plaquer et monter en Israel(traduction approximative de
l'Hebreu par...moi meme):

"Si la vie etait une histoire de plus de gadgets ou construction de maisons encore plus grandiose, alors, jamais, au grand jamais, je ne penserai un seul instant a risquer ma vie pour monter en
Israel. Mais la vie n'est pas cela. La vie est une histoire de travail sur soi et d'avancement pour realiser son potentiel personel, et remplir la volonte de Dieu.et je crois, de tout mon coeur,
que la volonte de Dieu est que moi, et tous le juifs, vivent en israel...
"En conclusion, nous sommes montes en Israel pour la plenitude spirituel..."

Spiritualite, que je n'ai pas eu le plaisir de voir dans tes propos...

Beahava oubeemouna!

David Brahami


Présentation

  • : Le blog de Michaël Blum
  • Le blog de Michaël Blum
  • : Commentaires sur mon actualité
  • Contact

Recherche

Liens