Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 13:51

Des dizaines de morts, des milliers de personnes évacuées, des dégâts écologiques immenses et une petite phrase qui m’a réchauffé le cœur.

 

La région du Carmel était recouverte jeudi soir d’un immense nuage de fumée, la couleur rouge des flammes couvrait le ciel au dessus des villages d’Ein Hod et Nir Etzion, la cacophonie des sirènes de pompiers, des ambulances et des voitures de police, le tout donnant à la scène, une ambiance de guerre, avec comme seuls ennemis, le feu et le vent.

Les spécialistes vont tenter de trouver des coupables, les journalistes vont abuser de superlatifs, les politiques vont récolter des voix en se rendant au chevet des blessés et la communauté internationale cesse pour un moment de critiquer Israël, y compris la Turquie, qui a proposé son aide.

Je voulais juste vous faire partager un moment de grâce quand le maire de Fureidis, un village arabe proche de Ein Hod m’a expliqué qu’il avait ouvert les écoles de son village et rassemblé des provisions pour les familles évacuées.

« C’est une catastrophe pour tout le peuple d’Israël. Nous venons dire à nos voisins que nous leur offrons notre aide, la cohabitation c’est dans les moments de bonheur et dans les situations de crise », dit cet élu, venu à l’entrée de Ein Hod, offrir ses services.

Pendant que certains ne voient que la moitié du verre vide, ou plutôt les budgets publics pour les pompiers plus qu’à moitié vides,  j’ai été touché par ce témoignage.

Parmi les gens évacués, j’ai rencontré des juifs, des arabes, des druzes, des jeunes et des vieux, des religieux et des laïcs, des riches et des pauvres.

J’ai vu des gens s’enfuir, le coffre plein, tandis que d’autres attendaient sur le bord de la route avec une petite valise ou un simple sac de voyage.

J’ai vu la peur dans les yeux de ceux qui craignent de perdre leur maison et aussi la détermination dans ceux des combattants du feu héroïques (bien entendu, c’est un cliché mais tellement vrai…).

On ne peut pas oublier que ce drame du feu se déroule pendant Hanouka, la fête des lumières et que les flammes symbolisant d’habitude la victoire d’Israël, avaient cette année le triste gout de la défaite.

  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Michaël Blum
  • Le blog de Michaël Blum
  • : Commentaires sur mon actualité
  • Contact

Recherche

Liens