Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 23:35

Qui n’aime pas donner une image de lui d’ouverture d’esprit et de tolérance ?

La réponse est simple, les extrémistes de tous bords pour qui ces mots sont des menaces sur leur identité.

Depuis 24 ans que je vis en Israël, je déplore le fait que la société israélienne soit si intolérante.

Les Juifs n’aiment pas les Arabes, les religieux ne supportent pas les laïcs, les haredim détestent les sionistes, les séfarades se sentent différents des ashkénazes, et tout ce ceci réciproquement, bien entendu.

Il ne faut pas oublier que dans chaque groupe, il y a des sous-groupes, les Hassidim et les lituaniens, les sabras et les olim, les russes et les éthiopiens, les partisans du Grand Israël et ceux prêts à plus de concessions territoriales…

Je pourrai continuer cette liste longtemps, tel un inventaire de Prévert mais ce sont des clichés que vous connaissez déjà.

Ces derniers temps, j’ai pensé écrire sur plusieurs sujets qui tous avaient comme point commun, ce refus de l’autre, l’intolérance, et le repli identitaire.

Nous avons eu le droit à l’affaire de l’hôpital d’Ashkelon, quand le vice-ministre de la Santé,  le député du parti orthodoxe Yaakov Litzman a refusé d’autoriser la construction d’une salle d’urgences sur un terrain dans lequel il y avait un risque de trouver des ossements juifs.

Malgré la position du rabbinat qui a autorisé ces travaux pour sauver des vies, les partisans du ministre ont poussé les hauts cris, réussissant à se faire haïr encore un peu plus du reste de la population.

On a eu le droit aussi à la déclaration scandaleuse du député du parti Union nationale, Yaakov Katz qui a suggéré de créer une ville réservée aux immigrés afin de « préserver le caractère juif de l’Etat d’Israël ».

Le mot tolérance ne fait apparemment partie du vocabulaire de Katz et Litzman mais combien de haine dans la presse pour les religieux, suite à ces deux affaires !

Il existe en Israël des gens pour qui les différences de religion, d’idées politiques, de couleur de peau, et d’identité d’autrui ne sont pas des obstacles à l’amour gratuit.

Ce sont ces voix que j’aimerai entendre plus souvent, ce sont ces gens qui devraient nous représenter à la Knesset.

Hier, le pays s’est figé deux minutes en souvenir des victimes de la barbarie nazie, deux minutes de silence, hommage à six millions de personnes, si différentes les unes des autres, des juifs libéraux et des orthodoxes, des bourgeois allemands et des paysans russes, des commerçants français et des rabbins polonais…

Durant la sirène, je me suis surpris à rêver que ces deux minutes de silence puissent durer plus longtemps, afin que les Israéliens apprennent à rester unis au delà du souvenir, pour construire l’avenir avec des valeurs de justice, de tolérance et d’humanisme.

J’ai rencontré durant cette journée, la délégation organisée par la Fondation France-Israël de descendants de Justes français, ces hommes et femmes qui pendant l’Occupation ont sauvé des vies au péril de la leur.

Ces gens n’ont pas demandé à ceux qu’ils cachaient quelles étaient leurs opinions politiques ni leur degré de foi, ils ont sauvé des êtres humains.

Cet humanisme n’est pas contradictoire avec la pratique du judaïsme, bien au contraire, il est juste dommage que si peu de gens s’en souviennent…

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Michaël Blum
  • Le blog de Michaël Blum
  • : Commentaires sur mon actualité
  • Contact

Recherche

Liens