Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 10:02

Quand Mohamed avait 7 ans, il a rencontré des juifs pour la première fois de sa vie.

La guerre des Six jours se termine et le gouvernement israélien autorise les enfants de Kfar Etsion dont les parents étaient morts dans les combats de 1948 de revenir construire leur kibboutz, à une encablure du village de Mohamed.

Les juifs, il en avait entendu parler, car son père, mokhtar de son village avait empêché que les derniers survivants de Revadim, un kibboutz socialiste voisin de Kfar Etzion soient tués en 1948 et les avait protégés avant qu’ils ne soient emmenés en captivité en Jordanie.

Mohamed a depuis succédé à son père à la tête du village de Khirbet Zakaria ou la population a largement augmenté depuis 1967.
Mohamed Ibrahim dirige la vie de plus de 650 habitants, répartis dans cinq sites au cœur du Gush Etzion.

Or depuis l’occupation israélienne, aucune autorisation de construire ne lui a été délivrée et les enfants du village s’entassent par 6 ou 7 dans chaque chambre.

Quand il demande de l’aide à l’Autorité palestinienne, on lui répond qu’il est en zone C contrôlée par Israël et que seule l’administration israélienne peut lui donner des permis de construire.

Coté israélien, l’armée lui rétorque qu’Israël ne délivre pas de permis de construire à a des Palestiniens, alors Mohamed a décidé de construire sans permis ce qui lui a valu des destructions immédiates.

Pourtant, la famille de Mohamed construit…

Depuis des années, les ouvriers qui construisent les localités juives du Gush Etzion sont membres de la famille de Mohamed et les relations de bon voisinage sont d’ailleurs assez bonnes.

Aucun membre des villages administrés par Mohamed n'a jamais été inquiété par les services de sécurité israéliens. Pas une pierre jetée pendant la première Intifada ni le moindre terroriste durant la seconde.
Dans presque chaque village du Gush Etzion, on peut trouver un Ibrahim qui est employé de la municipalité ou du Conseil régional.

Alors comment améliorer leurs conditions de vie ?

Le président du  Conseil régional du Gush Etzion, Shaoul Goldstein a demandé à plusieurs reprises l’autorisation de délivrer des permis de construction aux habitants de Khirbet Zacharia mais l’armée refuse arguant du prétexte que les maisons de la famille Ibrahim sont dispersées sur plusieurs collines or Mohamed refuse de déplacer des familles.

"Nous ne quitterons jamais nos terres", affirme Mohamed qui refuse même d'envoyer ses enfants à l'école dans les territoires de l’Autonomie palestinienne car il ne veut pas "qu'ils apprennent la haine".
Devenir israélien n’est pas une option car il revendique fiérement le fait d'être palestinien et vit dans un territoire qui n’est pas annexé à Israël.

Quand on l’interroge sur le moratoire sur le gel de la construction chez ses voisins, Mohamed sourit, ce n’est pas ce gel qui va l’empêcher de continuer à construire les maisons de ses voisins, par contre pour ce qui est d’agrandir la sienne ou construire une école, le gel est toujours en vigueur…

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

aharon 13/12/2009 21:16


Michael tres touchant ce discourd sur le gel des palestiniens, mais cela n est pas mon probleme nous ne pouvons pas resoudes tous les problemes de toute la terre encore moins de notre terre.
le plus important aujourd hui c est le degel de nos territoires!!
entre nous cela fait des annees qu il n y a pas de contructions dans notre ychouv on n a pas besoin de bibi on s est gele tout seul.
Hanoucca Sameah


zanz 13/12/2009 13:22


Merci collègue...


benjamin 13/12/2009 10:40


Pré-occupation : excellent jeu de mots, Bernard. Je prends ! Bééééééh !


zanz 13/12/2009 08:57


L'armée s'amuse à confisquer des biquettes!!! On voit bien que monsieur écrit ce petit commentaire loin de toute base militaire et du quotidien d'un soldat israélien de 19 ans...tellement presse
française cette remarque...à quand le premier regard sur le deuxième peuple qui habite le pays de la chevrette, et sur ses préoccupations quotidiennes!On n'est pas en Poitou-Charentes que diable!
Mais bon...je vois d'ici l'article: la pré-occupation des Israéliens...


benjamin 11/12/2009 19:48


Post éloquent. Si Momo, le Palestinien zélé n'a pas de permis, pas dificile d'imaginer la situation qui prévaut dans les autres zones C qui, faut il le rappeler, couvrent 60 % de la Cisjordanie.
Suffit d'ouvrir les yeux quand on roule sur la route 90, impatient d'arriver à Tibériade pour une baignade. Tous les villages sur la gauche, Fassayel and co, qui ressemblent limite à des taudis,
n'ont pas le droit de bâtir la moindre école, clinique, mairie, etc. Quand les troupeaux s'en vont paître en dehors des limites exactes du village, l'armée s'amuse parfois à les saisir et le
proprio des biquettes et des bouricots doit aller jusqu'à la base voisine et payer une amende pr les récupérer. Sales bêtes, non mais alors, peuvent pas apprendre le respect de la propriété
israélienne !


Présentation

  • : Le blog de Michaël Blum
  • Le blog de Michaël Blum
  • : Commentaires sur mon actualité
  • Contact

Recherche

Liens