Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 21:40

On peut recenser des dizaines d’associations françaises en Israël ce qui prouve la richesse de cette communauté mais personne n’a jamais réussi à les réunir.

Comment expliquer cet échec apparent ?

En réalité, les français d’Israël aiment avoir leurs communautés, leurs associations, leurs clubs mais tiennent avant tout à s’intégrer à la société israélienne.

Le nombre de français d’origine vivant en Israël restant limité à quelques dizaines de milliers de personnes, il y a peu de chances qu’un lobby influent puisse un jour exister. 

Il faudra surement attendre une vague d’Aliya massive identique à celle des juifs de l’ex-URSS pour que les Français d’Israël aient une véritable influence sur ce pays.

En attendant, cette communauté multiplie les activités avec plus ou moins de succès.

 

Une grande partie des français d’Israël s’identifient politiquement au « camp national », votant pour les partis de droite, ce qui doit expliquer que deux journées francophones à Hébron soient organisées à quelques jours d’écart par deux organismes différents.

Ce qui est amusant, c’est leurs publicités : « Une flottille juive pour Hévron » avec le Likoud de France et le bloc national francophone propose une « journée exceptionnelle » avec le ministre des Infrastructures Ouzi Landau, le maire de Kyriat Arba et Jacques Kupfer, co-président du Likoud mondial, le 10 août.

Sur Facebook, les organisateurs affirment que « l’Union fait la force » pour convaincre les gens de venir.

La question que je me pose est de savoir si Hébron réussira à unir les participants de cette journée avec ceux de « L’unique journée magique de Hébron », le mardi suivant, une journée dont le programme est quasiment identique à la précédente, sans le ministre et sans soutien politique.

 

Autre particularité chez les francophones d’Israël, la surenchère de manifestations culturelles qualifiées toutes « d’événements de l’été ».

Quelques jours avant Tisha Beav, « l’événement de l’été » a réuni « plus de  40 rabbanim » francophones à Jérusalem.

Malgré l’absence dans cette soirée des grandes personnalités rabbiniques francophones d’Israël comme les rabbins Aviner, Tzukerman, Botchko, Zini, Cherki…. , plusieurs centaines de personnes se sont déplacées pour écouter notamment le rav Yehia Benchetrit, une vedette de ce genre de soirées et des dizaines de rabbins, en majorité des haredim, bien que la soirée était animée par deux personnes coiffées de kipot tricotées.

Autre « événement de l’été », mais dans un contexte très différent, un concert hommage à Serge Gainsbourg à Tel Aviv avec des chanteurs de second plan, qui ne peuvent faire que regretter la disparition de Gainsbarre mais en présence du fils du chanteur disparu, Lulu, qui va jouer au piano les musiques de son illustre géniteur. 

Suivez les annonces qui seront publiées dans les semaines à venir, vous découvrirez surement encore beaucoup d’événements de l’été…

 

L’une des choses les plus amusantes que j’ai vu ces derniers temps dans la CFI est la publication d’un annuaire des francophones d’Israël, intitulé « Le Répertoire ».

Plus de 150 pages jaunes avec des professionnels dans tous les domaines et sur l’ensemble du pays m’ont impressionné positivement avant que je feuillète les pages blanches avec les adresses des particuliers qui m’ont fait tomber de ma chaise.

Les adresses postales sont souvent bizarres car la plupart des noms des rues sont coupées, ce qui fait qu’on peut trouver des rues Vegan (sans Bayit), Hadorot (Koré), George (King) et même Lehem (Derekh Beit Lehem).

Je ne vous conseille pas d’envoyer un courrier à une personne habitant rue Lehem à Jérusalem, il y a peu de chances qu’elle arrive à destination.

Mais le plus amusant reste le fait que cet annuaire est avant tout un copier-coller d’anciennes éditions, y compris d’annuaires publiés par d’autres personnes, ce qui entraine des fautes graves, vu qu’apparemment personne n’a vérifié la pertinence des informations.

Ainsi, on trouve dans cet annuaire, les anciennes coordonnées de personnes parties depuis longtemps en France, de couples divorcés et surtout de beaucoup de gens décédés.

Expliquez-moi comment on publie un annuaire avec les coordonnées de gens disparus, certains depuis 12 ans ???

Un coup d’œil sur l’éditorial m’apprend que « Le répertoire a investi de grands efforts pour l’élaboration, le regroupement et la vérification de ses pages blanches ». Vous avez bien lu, « de grands efforts » !!!

Allez, quelques exemples des résultats de cet « investissement dans la vérification » :

Première page des pages blanches : Yona et Yaël Abitbol sont écrits deux fois de suite avec les mêmes coordonnées, mais une fois ils sont Yona et Yaël, et la ligne en dessous, Yona et Yaël et Yaël (mieux vaut deux Yaël, qu’une…).

Et les Klein de la rue Cassoutto à Jérusalem, vous avez le choix entre Alex et Evelyne avec un numéro ou Alexandre et Evelyne avec un autre numéro, bonne chance !

Pour Yoël Kling, expulsé en été 2005 de Nevé Dekalim, pas de changements, la rédaction du Répertoire n’a pas suivi l’actualité ces dernières années, trop occupée à rédiger cet annuaire.

Vous pouvez même trouver la ligne au dessus, le nom du père de Yoël, le regretté grand rabbin Kling, décédé en 2003.

En réalité, cet annuaire est peut-être un moyen de rendre hommage aux disparus de la communauté qui sont si nombreux dans ces pages blanches, Bernard et Marianne Picard, Renée Neher, Théo Dreyfus, Emeric Deutsch, les rabbins Furth, Roitman, Chouchena, Poultorak, Warchawski…tous présents dans les pages blanches.

Et ils n’ont pas oublié de mentionner les victimes du terrorisme de la seconde Intifada dont les coordonnées figurent dans ces pages blanches comme Giséle Nakab et Dvorah Friedman.

Un bon conseil si vous cherchez une adresse, le 144 !

Par ailleurs, je n’y figure pas, ce qui est plutôt une bonne nouvelle, vu le nombre de morts qu’on y trouve… 

 

Pour terminer sur une bonne note, je veux rendre hommage ici aux nombreuses associations caritatives francophones d’Israël qui sont à mon avis, la fierté réelle de notre communauté.

Je risque d’en oublier si je les cite mais je veux quand même rappeler quelques noms que vous connaissez surement et que dans le cas contraire, je vous invite à découvrir : Latet, la plus grande association caritative du pays, crée par un français, Optical Center qui offre des lunettes aux défavorisés, Tikva Market, qui redonne de la dignité aux gens qui ont faim, ATRID, qui organise des bar-mitsvot pour les démunis, Tzedek, qui s’occupe des enfants en difficulté etc…

Bonnes vacances !

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Michaël Blum
  • Le blog de Michaël Blum
  • : Commentaires sur mon actualité
  • Contact

Recherche

Liens