Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 11:04

L’Etat d’Israël multiplie les efforts pour améliorer son image à l’étranger mais cette semaine, Israël s’est mis la presse étrangère à dos. Explications.

 

Le mot Hasbara est rarement traduit de manière correcte : information, propagande, défense de la cause…

Il existe même un ministre chargé de la Hasbara, Yuli Edelstein, un proche du Premier ministre Netanyahou, dont la mission est d’améliorer l’image d’Israël à l’étranger.

Mission difficile quand il s’agit de lutter contre une machine de propagande palestinienne parfaitement huilée et surtout difficile quand ces derniers mois l’Etat d’Israël se trouve confronté à des situations délicates comme la flottille pour Gaza, des projets de loi qui sont considérés en Occident comme des lois racistes ou encore des bavures de Tsahal qui ont couté la vie à d’innocentes victimes du conflit.

Une fois par an, le Premier ministre invite tous les correspondants de la presse étrangère pour un cocktail de début d’année civile.

Netanyahou et Edelstein avaient choisi un des plus grands hôtels de la capitale pour cette soirée durant laquelle le Premier ministre adresse ses vœux à la presse étrangère et répond aux questions sur l’actualité.

Le Shin Bet (services de sécurité intérieure) est chargé de la sécurité de la soirée et chaque journaliste est invité à présenter ses papiers, passer par un portillon qui détecte les métaux et ouvrir son sac.

Cette année, le Shin Bet a décidé de faire du zèle demandant à certains journalistes de se déshabiller…

Une jeune femme, enceinte de surcroit, s’est vu demander de retirer son soutien-gorge car l’appareil de détecteur de métaux sonnait après qu’elle ait retiré sa chemise, un autre, photographe israélien, a du retirer son pantalon, et ainsi de suite, humiliations sur humiliations.

Je rappelle que les journalistes ne sont pas venus couvrir un événement politique mais ont été invités par le Premier ministre dans le cadre d’une campagne de Hasbara…

Les journalistes de la presse étrangère en Israël reçoivent des visas spéciaux qui leur permettent de vivre ici et de faire leur travail correctement.

Malgré leur carte de presse de l’Office gouvernemental de presse, qui est difficile à obtenir (des dizaines de journalistes ne l’ont pas obtenu), ils continuent d’être fouillés au corps lors de leurs entrées et sorties du pays et de subir parfois cette sorte d’humiliation.

Cet incident mineur est significatif car il montre à quel point, Israël, capable de gagner certaines batailles, peut en perdre si facilement sur le terrain de la Hasbara.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Frédo le sioniste jusqu'à 67 14/01/2011 12:52


Bravo Michael, je suis tout à fait d'accord avec toi mais il aurait fallu
publier une photo de l'objet du délit.... quelle taille le soutien gorge ?


Trumpeldor 14/01/2011 12:51


Désolé,je ne suis pas d'accord
Les services de sécurité ont fait leur boulot correctement.
Si vous doutez de leur utilité,regardez comment le commandant Massoud est mort en Afghanistan !
Al Jezirah peut protester,cela ne change aucunement le risque potentiel de ce genre de rencontres.
Regardez le nombre de carnages en Afghanistan ou au Pakistan,commis par des terroristes suicidaires,hommes ou femmes,enceintes ou non


Présentation

  • : Le blog de Michaël Blum
  • Le blog de Michaël Blum
  • : Commentaires sur mon actualité
  • Contact

Recherche

Liens